C’est le cœur qui lâche en dernier – Margaret Atwood

Suis-je la seule à avoir trouvé ce livre bizarre ? Pas si j’en crois la blogosphère. Bon, c’est Margaret Atwood, donc on s’attend à ce que ça soit étrange mais je dois avouer que je ne m’attendais pas à ça.

C’est le cœur qui lâche en dernier raconte l’histoire de Charmaine et Stan, un jeune couple d’Américains qui ont vécu durement la crise économique. Ils ont tout pC'est le coeur qui lâche en derniererdu, travail, maison, économies. Ils vivent dans leur voiture et survivent grâce au maigre salaire de Charmaine qui travaille dans un bar miteux. Un jour, Charmaine voit une publicité à la télé. Cette publicité va changer sa vie. Dans la ville de Consilience, tout le monde a un emploi, un bon salaire, une maison et une belle vie. Pour un mois. Le mois suivant, ils le passent en prison et c’est un autre couple qui prend leur place dans la maison. Charmaine et Stan posent leur candidature et obtiennent la place. Une vie de rêve s’annonce pour eux. Vraiment ? ÇA semble un peu trop beau pour être vrai. Un petit message laissé par la femme qui partage leur maison et trouvé par Stan va tout bouleverser. Stan, qui en a assez de sa vie sexuelle ordinaire, se met à fantasmer sur Jasmine alors que le règlement de Consilience interdit formellement les contacts entre Alternants.

Wow ! Quelle bonne idée pour une dystopie ! C’est ce que je me disais. Mais voilà, ce n’est pas tout à fait ça. En fait, je ne pensais pas lire un roman de sexe (je n’ai rien contre les romans de sexe, remarquez bien). Et c’est carrément ça. Et parfois, sérieusement, ça frise le ridicule ! Mais le ridicule drôle. Oui, j’ai ri, mais en me disant « ben voyons, c’est quoi ça ? ». Les sexbots, les Marilyn, les Elvis. Ouf, c’est trop pour moi. Mais j’ai ri… Particulièrement des passages qui parlent des ratés des sexbots. Il n’y a rien d’érotique, c’est du sexe point. Ce n’est pas que ça soit mauvais, bien au contraire et comme on le sait, Margaret Atwood aime bien les mondes où le sexe est dissocié de l’érotisme et de l’amour mais là, j’ai trouvé ça un peu gros.

Est-ce que j’ai aimé ? Difficile à dire. En fait, je crois que oui. Mais chose certaine, je ne le relirai jamais, contrairement à La servante écarlate que j’ai relu quatre fois (ma première fois était l’année de sa sortie en 1985, en lecture obligatoire à l’université). Une fois que je me suis dis que ce n’était pas dans la même veine que les autres livres, j’ai aimé. C’est un bon divertissement, sans plus. Je ne regrette pas de l’avoir lu, loin de là mais j’avoue être un peu déçue. Est-ce que je le conseille ? Ben…oui. Ce roman a quand même le mérite d’être original.

Publicités

4 réflexions sur “C’est le cœur qui lâche en dernier – Margaret Atwood

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s