Outlander (Le chardon et le tartan) – Diana Gabaldon

Encore dans la série « relecture » !

Au mois d’août, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancée dans la relecture d’Outlander. Au complet. Les 9 tomes. Un peu plus de 8000 pages. Ça faisait longtemps que je voulais le faire. De plus, comme j’ai commencé à regarder la série télé, l’envie était encore plus forte. Donc, j’ai plongé. Je n’avais jamais lu les tomes 8 et 9, « Écrit avec le sang de mon coeur » partie 1 et 2 qui sont sortis en 2014. Pour moi, c’était donc la découverte de ces deux parties. En tout, ça m’a pris 6 mois, car j’aiLe chardon et le tartan entrecoupé ma lecture de nombreux autres livres. Je lis très vite mais tout de même… Et puis, il fallait que je prenne une pause de temps en temps. J’ai toujours tendance à faire ça quand je lis une très longue série. La première fois que je l’avais lue, j’attendais la parution des tomes pour continuer et j’allais vite car ma mère attendait après moi pour les lire. Je perdais parfois le fil. Cette fois, c’était différent puisque j’avais les 9 tomes en un seul fichier sur ma liseuse.

Alors, tout comme à ma première lecture, j’ai dévoré le tome 1, j’ai ralenti un peu au 2, j’ai dévoré le 3 et j’ai trouvé les autres un peu trop longs. Bilan ? Oui, le beau Jamie Fraser est toujours aussi fringant (on rêve toutes secrètement d’un Jamie Fraser dans nos vies) et non, il ne porte rien sous son kilt. D’ailleurs, Claire l’explique noir sur blanc dans le tome 9. Lire la suite

Publicités

La rivière à l’envers tome 1 – Tomek – Jean-Claude Mourlevat

Ça faisait longtemps que je voulais le relire. Je l’avais lu il y a des années de ça dans le cadre d’un jumelage avec une classe de France. Mes élèves lisaient les livres suggérés par les élèves français et les Français lisaient les livres québécois recommandés par mes élèves et on échangeaient nos impressions. J’adorais ce projet mais malheureusement mon parcours professionnel a fait que j’ai dû l’abandonner. Enfin bref… Je l’ai finalement relu et je l’ai adoré, tout comme la première fois.La rivière à l'envers

C’est l’histoire de Tomek, épicier dans un village qu’on ne peut pas situer et qui s’ennuie. Il s’ennuie vraiment ! Il rêve de voyages et d’aventures.

Un soir, une jeune fille entre dans sa boutique. Comme Tomek est supposé vendre absolument tout dans son épicerie, elle lui demande s’il a de l’eau de la rivière Qjar la rivière qui coule à l’envers et dont l’eau est supposée empêcher de mourir. Son air triste le touche profondément et Tomek tombe immédiatement amoureux de la jeune fille nommée Hannah. Il prend alors la décision de tout quitter pour se lancer sur les traces d’Hannah et de la rivière Qjar.

C’est mignon, c’est bien écrit et ça se lit tout seul. J’adore les livres jeunesse emplis de fantaisie et de magie. J’aime l’originalité et une rivière qui coule à l’envers, qui remonte son cours de l’océan jusqu’à sa source, c’est on ne peut plus original. Mes élèves qui l’ont déjà lu par les années passées ont également adoré. On aime la forêt de l’oubli, la prairie aux fleurs dont on ne doit pas respirer le parfum, l’âne Cadichon et son problème de flatulences, les parfumeurs, l’île Inexistante… Bref, on aime le monde merveilleux créé par Jean-Claude Mourlevat. On y croit.

La fin est un peu trop rapide à mon goût. On fait le voyage de retour en 4 ou 5 pages. Mais, je comprends qu’on ne pouvait tout de même pas revivre toutes les aventures que les héros avaient vécues à l’aller. J’ai hâte de mettre la main sur le tome 2 dans lequel Hannah relate les événements qui l’ont amenée à se jeter dans une telle aventure.

Je suis en discussion avec la directrice de mon école afin d’avoir les sous nécessaires pour acheter 30 exemplaires du livre. J’aimerais tellement pouvoir le travailler en classe!

Bref, je le recommande à tous les amoureux de la belle littérature jeunesse.

 

Conclave – Robert Harris

ConclaveCe qui m’a attiré en premier dans ce roman, c’est le titre. Conclave. Je ne connais pas grand chose d’un conclave, mis à part le fait que c’est pas mal plus politique qu’on le pense. Et Robert Harris est le maitre des thrillers politiques. Bon, soyons clairs. Je déteste la politique. La série télévisée Survivant désigné est le maximum que je peux endurer de politique mais là, il s’agit de religion. Donc, j’ai décidé d’essayer.

Belle découverte ! C’est bien mené. On s’entend, ce n’est pas un roman d’action. Pas de Rambo, de gros fusils, de grenades et d’explosion mais un suspense qui nous tient en haleine tout au long du livre. Oui, c’est plein de magouilles et de politicailleries comme on s’en attend. On comprend que l’élection d’un pape, l’homme qui dirigera des milliers de catholiques dans le monde, n’est pas seulement religieuse. Des alliances se forment, des ambitions se dévoilent. C’est la lutte entre les conservateurs et les partisans d’un renouveau de l’Église. Lire la suite