Jeux de miroirs – Eugen Ovidiu Chirovici

Quand je vois « roman événement » sur la jaquette, je ne peux pas résister. De plus, ma fille était en train de le lire et elle semblait apprécier. Comme elle ne lit pas beaucoup, je me suis dit que si elle aimait ça, c’était bon signe. Donc, je l’ai pris. Bon. Est-ce que je l’ai aimé ? Oui. Roman événement ? Pas sure. EN ce moment, ma fille est un peu découragée. Je lui ai conseillé de ne pas abandonner car on tourne la dernière page en se disant que c’était bon finalement.

Jeux de miroirs

Le 21 décembre 1987, le professeur Joseph Weider, célèbre psychologue, est assassiné. Ce meurtre n’a jamais été résolu. Une vingtaine d’années plus tard, un éditeur, Peter Katz, reçoit un manuscrit inachevé qui raconte l’histoire de ce meurtre. Ce manuscrit a été écrit par Richard Flynn, un des protagonistes de l’histoire qui a toujours rêvé d’être écrivain. Katz se plonge dans la lecture en se demandant toutefois si l’histoire qu’il contient est réelle ou s’il s’agit de l’invention d’un homme désirant absolument être publié.

Ce roman est divisé en trois parties qui nous présentent trois versions différentes de l’histoire. Ce n’est qu’à la toute fin que le lecteur saura quelle version est la bonne. Dans la partie 1, c’est la lecture du manuscrit. Le narrateur est donc Richard Flynn. Dans la partie 2, la fin du manuscrit ayant disparu et comme Richard Flynn est décédé, l’éditeur demande à un journaliste, John Keller, de poursuivre l’enquête. Donc c’est lui qui devient le narrateur. On voit maintenant l’histoire sous un autre jour. Et si Richard avait menti ? Et qui est réellement la froide et étrange Laura ? Dans la partie 3, Keller se décourage devant son peu de résultats et refile l’enquête à Roy Freeman, un ex-policier souffrant d’Alzheimer qui avait enquêté sur le meurtre à l’origine. C’est donc lui qui relate la troisième version de l’histoire. Et si Richard avait finalement dit la vérité ? Lire la suite

Publicités

Au fond de l’eau – Paula Hawkins

Après le succès retentissant de La fille du train (près de 20 millions de livres vendus et un film), Paula Hawkins revient avec un deuxième roman, Au fond de l’eau.

Lorsqu’elle est appelée à Beckford, dans son village d’enfance pour le suicide de sa soeur Nel, Julia Abbott se retrouve devant une nièce de 15 ans, rebelle, portrait craché Nel et doublement en deuil de sa mère et de sa meilleure amie, noyées toutes les deux dans « le bassin aux noyées ». Car oui, à Au fond de l'eauBeckford, la rivière est mortelle pour « les femmes à problèmes » comme le disent certains habitants du coin. Une femme y a été noyée pour sorcellerie il y a des centaines d’années de ça et depuis, plusieurs femmes y ont trouvé la mort. En revenant à Beckford, Julia devra affronter les démons de son enfance et les origines de sa chicane avec sa soeur avec qui elle n’avait plus de contact depuis plus de 15 ans tout en cherchant la vérité sur sa mort. S’est-elle réellement suicidée ? Lire la suite